La douleur de l’allaitement

ours en peluche avec pansements

La douleur de l’allaitement est-elle supportable, intense, toujours la même ? Ce sont les grandes questions que l’on se pose forcément avant d’allaiter. Objectivement, on se dit que l’allaitement doit faire mal, mais qu’en même temps si ça faisait trop mal, personne ne le ferait… Et puis on passe par l’étape de l’accouchement, et on se rend compte qu’on est capable de beaucoup de choses.

Alors oui, évidemment, il y a une douleur inévitable au début de l’allaitement, mais qui s’atténue assez rapidement, pour finir par disparaître. Cet article sur la douleur de l’allaitement est basé sur mon expérience personnelle.

Douleur de l’allaitement : les premiers jours

Avoir mal en allaitant, je pense que c’est complètement inévitable au début. En effet, les tétons ne sont pas prêts à être stimulés toutes les deux heures. Vous aurez beau essayer de les masser régulièrement avant l’accouchement afin de les préparer à ce qui arrive, en aucun cas vous ne pourrez reproduire la succion d’un bébé. En passant de zéro succion à une tétée toutes les deux heures, oui, vos tétons vont être maltraités. Ils n’en ont tout simplement pas l’habitude.

Le début de l’allaitement, c’est donc la phase la plus difficile à passer. Les tétons sont encore très sensibles, ils vont être tout de suite énormément stimulés. Le résultat : des gerçures ou crevasses quasi inévitables. Concrètement, il s’agit de petits coupures sur les tétons, de petites plaies ouvertes qui ne pourront pas se fermer puisque la peau n’a pas le temps de se régénérer entre les tétées. A chaque début de tétée, la douleur sera là.

La solution ? Prendre son mal en patience, serrer les dents, et utiliser la super crème dans son petit tube violet. HPA Lanolin sera votre nouvelle meilleure amie (pour vous soulager, pas non plus tout réparer d’un coup de baguette magique…).

Douleur de l’allaitement : au bout d’une dizaine de jours

Oui. On peut s’arrêter sur ce chiffre. Dix jours c’est long, je vous l’accorde. Avec des tétées toutes les deux heures et la douleur à chaque début de tétée, c’est vraiment très long.

Pour relativiser :

  • on a dit à chaque début de tétée ; cela ne fait pas mal pendant toute la tétée !
  • comparés aux longs mois d’allaitement qui vous attendent, finalement, on est à moins de deux semaines !

Donc, au bout d’une dizaine de jours de douleur, de badigeonnage de tétons à la crème, de serrage de dents à chaque début de tétée, de prises de bec avec le papa parce que NON, il ne peut pas savoir que ça va aller mieux bientôt… Eh bien, ça va de mieux en mieux.

Les tétons s’habituent, et puis parfois un des deux côtés est moins douloureux, alors c’est plus supportable pour une tétée sur deux… Avec un peu de chance les tétées se sont espacées. L’allaitement peut encore être douloureux de temps en temps à la mise au sein, mais globalement, c’est largement supportable.

Douleur de l’allaitement : au bout de quelques mois

Je vous rassure tout de suite : non, il n’y a plus aucune douleur à signaler ! Plutôt l’inverse : lorsque l’allaitement est bien installé, que les tétons sont habitués à leur nouvelle vie, il n’y a plus aucune douleur. Au contraire ! Je peux même dire que c’est une sensation agréable. Parfois, cela tire un peu ou chatouille légèrement… Lorsque les dents de bébé arrivent il peut y avoir des petits pincements, mais on ne peut pas parler de douleur puisque maintenant vos tétons sont prêts à tout !

Au bout de quelques mois, vous aurez peut-être repris le travail et commencé une nouvelle relation : celle avec votre tire-lait. Il ne restera alors que les tétées du matin, du soir (et éventuellement de la nuit). Ces tétées seront de beaux moments de retrouvailles avec votre bébé ! La douleur aura même laissé place à une sensation de bien-être lors de la mise au sein… Ce n’est pas systématique, difficile à décrire, mais vous allez peut-être en faire l’expérience !

Une douleur inévitable mais pas insurmontable !

La douleur de l’allaitement est une réalité inévitable les premiers jours. Je ne vous cache pas que si vous n’êtes pas hyper déterminée à allaiter, il y a de fortes chances que cela vous décourage assez rapidement. Chez certaines femmes cela provoque également des douleurs au niveau de l’utérus puisque le fait d’allaiter permet aussi une remise en place plus rapide de celui-ci. Je ne rentre pas dans les détails car je n’en ai pas fait l’expérience, mais si c’est votre cas n’hésitez pas à me raconter cela en laissant un petit commentaire !

Mais malgré cette douleur, il faut que vous teniez bon car la récompense est vraiment très belle ! Dites-vous que c’est un moment difficile à passer mais après tout ce que vous avez déjà fait (grossesse, accouchement…), vous en êtes capables et vous n’êtes plus à ça près 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 17 =